Le gène Dun

Le gène Dun, D+, dominant, dilue la phéomélanine mais également l'eumélanine sur tout le corps à l'exception d'une bande le long de la colonne vertébrale, de la crinière à la queue, appelée raie de mulet. Ce gène, qu'on appelle souvent 'gène sauvage', est fréquent chez les races ayant conservé des caractères primitifs (Fjord, Sorraïa, Highland...) et rare chez les chevaux de selle. A noter que le Fjord avait autrefois plusieurs robes et étaient assez rarement Dun, on a développé cette robe depuis un siècle à partir de deux étalons.Certains pensent que les chevaux homozygotes DD seraient plus clairs que les hétérozygotes Dd.

Cette robe s'accompagne souvent de zones sombres sur les épaules là où les ânes (souvent Dun) ont la bande cruciale, et de zébrures plus ou moins marquées sur les membres. Une théorie très plausible de Nancy Castle veut que ces marques primitives (raie, zébrures) existent chez tous les chevaux, mais seul le gène Dun les rend visibles en diluant le reste de la robe. Cela expliquerait pourquoi les crins latéraux (à droite et à gauche sur la crinière et la queue) sont souvent blancs: Dun ne diluerait que ceux qui ne sont pas dans le prolongement de la raie de mulet. Raie de mulet et autres marques du gène Dun sont appelés 'marques primitives' (primitive markings), car elles étaient présentes chez les ancêtres du cheval domestique. Une théorie nous dit que ces marques sont en fait présentes chez tous les chevaux mais qu'étant de la même couleur que la robe de base, elles sont invisibles de fait. Dun dilue la couleur sauf ces marque, les faisant ainsi apparaître. Ceci est consistent avec le 'countershading' (camouflage) saisonnier: ces marque réapparaissent au printemps lors de la mue, et sont visibles également chez les poulains. Ces marques sont diluées par les autres gènes de dilution, et bien sur interrompues par les marques blanches qui constituent une absence locale de pigmentation. A noter qu'on a le même phénomène chez les chats: les marques tabby (tigrés) sont également présentes à la naissance chez tous les individus (sauf blanc) et persistent chez les chats roux adultes.

L'étude de la robe Dun par l'université d'Uppsala (Suède) nous apprend deux choses: a pigmentation des poils Dun est particulière: le pigment est concentré près du corps et très diffus vers l'extrémité du poil, ce qu'on ne rencontre pas dans les autres robes diluées du cheval et d'autres mammifères, et qu'il y a en fait trois allèles; Dun, non-dun1 et non-dun2. La plupart de nos chevaux actuels sont non-dun2, non-dun1 donne des chevaux non dilués mais à marques primitives visibles (souvent confondus avec les Dun). Les non-dun2 sont probablement apparus avec la domestication du cheval, et ces chevaux ont du avoir un succès fou pour que les robes Dun deviennent à ce point rares, alors que Dun et non-dun2 étaient déjà présents dans l'ADN des chevaux sauvages il y a 43 000 ans.

Effet du gène Dun sur les alezans

Sur un cheval dont la robe de base est alezane, on obtient un alezan clair avec raie de mulet et dont les crins sont plus foncés au centre. Ce gène peut cumuler ses effets avec le gène Ccr et donner le café au lait, plus clair que le palomino mais plus foncé que le cremello.

Effet du gène Dun sur les bais

On obtient des chevaux isabelle avec raie de mulet et zébrures sur les membres, les crins sont noirs au centre et blancs sur les côtés. Contrairement à l'isabelle CCr, la robe est plus foncée en hiver qu'en été. Il est dommage d'avoir le même nom en Français pour ses deux robes faciles à distinguer, en anglais les isabelle CCr sont appelés "buckskin" et les autres "Dun".

Effet du gène Dun sur les noirs

On obtient les chevaux dits souris ou grulla (mot espagnol désignant la grue cendrée): le corps est gris cendré uniforme, parfois beige ou brun clair, avec une raie de mulet et les extrémités noires. Les crins sont noirs au centre et blancs à l'extérieur. La tête est très souvent noire.

Combinaison du Crème et du Dun

Ces effets de ces gènes s'additionnent pour produire des chevaux de plus en plus dilués. Un alezan porteur d'un gène Dun et d'un gène Crème va être café au lait, plus foncé qu'un cremello et plus clair qu'un palomino. Un bai porteur de D+ et d'un Ccr va être couleur de beurre avec les crins noirs (buttermilk Dun), s'il est CcrCcr on parle de "Dunalino". Bien entendu, on peut aussi avoir des combinaisons avec les autres dilutions plus rares.

Textes et dessins de Christine Zedday
Photos Christine Zedday, Alain et Hélène Bache, Leïla et Nora Zedday
contact: chrizedday@free.fr